Nouvelles

11465 65  tfmf pngppyyfn23po5vpvej3sm55 12634ba1 65e7 4575 b02f 56f7b195981d 0 photoup

Lettre de la députée Nathalie Des Rosiers aux conseillers municipaux

Le 13 novembre 2017

Cher conseiller, chère conseillère,

La proposition de l’Armée du Salut de relocaliser ses services au 333 ch. Montréal demeure un sujet de première importance pour les gens d’Ottawa-Vanier. Je vous écris aujourd’hui pour communiquer les inquiétudes des citoyens d’Ottawa-Vanier, et les miennes également, face à la décision que prendra prochainement le Comité d’urbanisme de la Ville d’Ottawa sur le changement de zonage demandé par l’Armée du Salut.

Je respecte absolument l’autorité du Comité d’urbanisme de la Ville d’Ottawa de prendre des décisions de zonage.  Cependant, étant donné qu’un grand nombre de citoyens ont communiqué avec moi pour exprimer leurs inquiétudes, j’ai cru important de partager avec vous certaines des questions soulevées qui méritent d’être prises en considération.

L’itinérance est un problème grave qui demande la coopération de tous les niveaux de gouvernement ainsi que de la société civile afin d’être résolu de manière efficace et durable.  Certainement, nous tentons tous d’attaquer le problème à sa racine et de gérer ses manifestations. Le rôle et les intentions de l’Armée du Salut en tant que prestataire de services auprès des plus vulnérables ne sont pas contestés. 

Le gouvernement de l’Ontario s’est engagé à réduire l’itinérance et la pauvreté en Ontario, incluant la cible de mettre fin à l’itinérance chronique d’ici 2025. L’objectif provincial est d’investir dans des politiques de Logement d’abord, plutôt que dans des refuges d’urgence.  Ces objectifs ont été communiqués à la Ville d’Ottawa par la province au mois de septembre dernier. Il est important de prendre en considération la manière dont ce centre de services de 350 lits, dont 140 lits d’urgence, s’inscrira dans de tels cadres gouvernementaux qui détermineront comment le financement sera attribué dans l’avenir.

Un grand nombre de citoyens, d’organisations, de propriétaires et d’entrepreneurs s’inquiètent que le projet de l’Armée du Salut au 333 ch. Montréal nuira au caractère de rue principale traditionnelle du chemin Montréal. Il pourrait entraver la promotion du développement d’aménagements axés sur les piétons, les cyclistes et leur sécurité.  De plus, plusieurs ont manifesté leurs inquiétudes par rapport à la circulation de camions de livraisons et de services et l’accès fréquent des véhicules d’urgence pour la fluidité de la circulation sur le chemin Montréal.

Une des inquiétudes majeures, que je partage, est les répercussions que pourrait avoir cette installation de 350 lits sur les services communautaires et sociaux existants du quartier.  Bon nombre de prestataires de services ont exprimé leurs inquiétudes avec moi, me faisant part que les bons résultats et le succès de leurs services seraient mis en péril par la présence du modèle de service de l’Armée du Salut. Il faudrait particulièrement s’assurer de mesurer l’impact potentiel sur d’autres services tels que le Centre de santé autochtone Wabano.

Nous savons déjà que plusieurs familles à Vanier connaissent des défis sociaux et économiques complexes.  L’année dernière, le Centre des services communautaires Vanier a ouvert les portes de son Carrefour de pédiatrie sociale, à quelques cent mètres du 333 ch. Montréal. 

Entre autres, l’Armée du Salut n’adhère pas au modèle de réduction des méfaits (« harm-reduction »), ce qui laisse à prévoir que certains de ses clients iront consommer dans les parages de l’édifice.  Ce genre d’activités généré par la présence d’une telle installation pourrait compromettre certains programmes venant déjà en aide à des populations vulnérables. Plusieurs intervenants travaillant auprès de la clientèle marginalisée et à risque croient que le modèle mis de l’avant par l’Armée du Salut portera atteinte au bien-être et à la perspective de succès de leurs clients. Je ne crois pas que ceci mérite d’être ignoré.

Nous devons trouver une solution qui réponde au besoin de l’Armée du Salut de déménager de son emplacement actuel, mais qui réponde aussi aux besoins de la collectivité. Un investissement d’une telle envergure devrait s’aligner avec les priorités municipales, provinciales et fédérales en termes de prévention de l’itinérance et devrait s’intégrer complètement avec la planification urbaine et sociale d’un quartier.

Il me fera plaisir de vous fournir plus de détails au besoin.

Sincèrement,

Nathalie Des Rosiers

 MPP – Députée,  Ottawa-Vanier

 

Garder à l'esprit ...

Ce site a pour but de vous informer. Si vous préférez appeler ou nous faire parvenir un courriel, mon personnel et moi serons heureux d’avoir de vos nouvelles.

Nouvelles récentes